Où peut mener un baccalauréat en chimie ?

Il lui restait encore une session à l’Université de Sherbrooke, mais Karine avait déjà un emploi assuré dès l’été. En tant que chargée de projet à Intersand, la nouvelle diplômée veille à développer des projets pour la santé animale. Pour la jeune chimiste, les journées passent et ne se ressemblent pas…

« Au début d’un projet, je passe plus de temps à l’ordinateur à faire des recherches et à lire des publications pour m’informer sur toutes nouvelles pistes potentielles dans le domaine de la santé animale, explique Karine Léger, 27 ans. Je passe ensuite au laboratoire, où je teste différentes formulations et procède à des expériences de type essai-erreur. »

Au labo en équipe

Dans son équipe, elle est entourée d’un ou deux techniciens détenant une formation collégiale et de collègues possédant des maîtrises en chimie, notamment le chercheur en chef associé au projet. Karine a déjà porté le chapeau de technologue, ayant préalablement obtenu un diplôme collégial en chimie analytique. «  Je me concentrais alors sur le contrôle de la qualité en laboratoire, dit-elle. J’aime que mon rôle implique désormais une plus grande diversité de tâches et une participation à la recherche. »

Un métier, plusieurs employeurs

Le rôle de chimiste varie selon le milieu de travail. En PME, les laboratoires comme celui de Karine se font souvent rares. Ceux-ci se trouvent en général directement en usine, où le rôle du chimiste est de s’assurer avant tout du contrôle de la qualité des entrants et des sortants… et de tout ce qui peut interférer dans le processus de production. Le secteur pharmaceutique est un autre employeur important pour les chimistes. L’industrie exige toutefois bien souvent des diplômes de deuxième cycle pour tout rôle impliquant de la gestion et de la recherche.

« En PME, j’aime qu’on soit une petite équipe et que, conséquemment, je puisse toucher à un peu de tout », partage Karine Léger.

Si on a l’âme aventureuse, on peut aussi choisir de travailler directement sur le terrain, par exemple en environnement. La relève aura en outre besoin que d’autres se dévouent au partage de leur passion comme professeur au niveau collégial ou universitaire.

Le profil du parfait chimiste

Peu importe l’ambition du candidat, pour réussir en chimie, celui-ci devrait aimer travailler en équipe et être de ceux qui prennent plaisir à creuser pour comprendre une situation et identifier des pistes de solutions. « Il faut être curieux et avoir une grande capacité d’attention, ajoute Karine Léger. On ne sera pas heureux si on est allergique à la routine et à la répétition. Quand on a des centaines d’échantillons à tester, il faut rester méticuleux à chacune des manipulations. »

Si un baccalauréat en chimie vous intéressent, encore faut-il être assez curieux pour tenter l’expérience !

Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#